Maladie tropicale : La méningite

La méningite est une inflammation des méninges : les enveloppes de la moelle épinière et du cerveau dans lesquelles circule le liquide céphalorachidien (voir schéma).

Dans la plupart des cas, la méningite est causée par un virus (méningite virale). La méningite peut aussi être causée par une bactérie (méningite bactérienne). La méningite bactérienne est habituellement beaucoup plus grave que la méningite virale et nécessite d'obtenir un traitement le plus rapidement possible.


Méningite d'origine virale

Cette forme de méningite ressemble à une grippe et présente peu de risques. Généralement, les symptômes disparaissent d'eux-mêmes au bout de 2 semaines. La méningite virale touche plus communément les enfants et les jeunes adultes. Comme pour la plupart des maladies virales, cette méningite ne peut pas être soignée avec des antibiotiques. La présente fiche porte essentiellement sur la méningite bactérienne.

Méningite d'origine bactérienne

La méningite d'origine bactérienne est la plus grave des méningites. Elle peut évoluer extrêmement rapidement et parfois mener à la mort si elle n'est pas diagnostiquée et soignée à temps. Elle touche surtout les enfants.

Il existe plusieurs types de méningites bactériennes, selon la bactérie en cause:

  • Méningite à pneumocoques (Streptococcus pneumoniae). La bactérie pneumocoque est la 1re cause de méningite en Amérique du Nord, tant chez les adultes que chez les enfants. Elle peut aussi causer des pneumonies et des otites moyennes. La protection immunitaire naturelle contre le pneumocoque est acquise seulement vers l’âge de 5 ans. La susceptibilité aux infections de ce type est maximale avant l’âge de 2 ans;
  • Méningite à Hib (Haemophilus influenzae de type B). Avant les années 1990, c’était la principale forme de méningite bactérienne chez les enfants de moins de 5 ans. L'usage répandu du vaccin Hib a considérablement réduit sa portée. L'H. influenzae est aussi une cause fréquente d’otites, de sinusites et de bronchites. Cependant, notez que le vaccin Hib ne protège pas contre ces autres affections, rarement causées par la souche « de type B » de ce virus;
  • Méningite à méningocoques (Neisseria meningitidis). Cette bactérie est la seule qui cause des épidémies de méningite. On sait qu'elle est présente dans l'arrière-gorge ou le nez de beaucoup de gens (de 10 % à 25 % de la population, selon l’Organisation mondiale de la Santé), sans provoquer de maladie. Dans de rares cas, elle vient à bout des défenses naturelles de l'organisme et cause la méningite.
     
    Une forme plus grave de l’infection survient si les bactéries atteignent la circulation sanguine et les organes; on parle alors de méningococcémie. On connaît 13 souches de Neisseria m. Les souches A, B et C sont celles qui causent le plus souvent les épidémies. Les souches de type B et C prédominent à l'heure actuelle en Amérique et en Europe, tandis que la souche de type A prédomine en Afrique et en Asie.
  • Méningite à listeria (Listeria monocytogenes). L'infection au Listeria monocytogenes, ou listériose, est généralement banale chez un adulte mais peut être transmise aux bébés et aux jeunes enfants, chez qui elle peut mener à la méningite. Les femmes enceintes y sont particulièrement vulnérables (20 fois plus que l'ensemble de la population) et peuvent transmettre l'infection à leur foetus2. Cette bactérie qui se trouve dans l'eau et le sol peut contaminer les végétaux et les animaux et s’introduire dans la chaîne alimentaire.

  • Les symptômes de la méningite bactérienne se développent rapidement, en l’espace de 1 à 2 jours et peuvent même causer la mort en quelques heures. Appelez immédiatement un professionnel de la santé si les symptômes suivants apparaissent.

    Chez les nouveau-nés et les bébés

    Les cas peuvent être difficiles à déceler, puisque les bébés ne présentent pas toujours les symptômes classiques de la méningite bactérienne :

    • Avoir une forte fièvre, une raideur au cou et parfois dans tout le corps ou faire une crise d’épilepsie (ces symptômes sont les plus typiques de la méningite).
    • Pleurer sans arrêt;
    • Être plus irritables ou somnolents qu’à l’habitude;
    • Manquer d'appétit ou avoir des vomissements.

    Chez les enfants âgés de 2 ans et plus, les adolescents et les adultes

    • Une forte fièvre qui empêche de boire ou de manger;
    • Des maux de tête importants
    • Une raideur au cou
    • Des nausées et des vomissements
    • De la confusion, une léthargie, de la somnolence
    • Une hypersensibilité à la lumière


Prévention : 

Mesures d'hygiène

  • Se laver les mains fréquemment;
  • Ne pas partager aliments, boissons, brosses à dents, cigarettes, rouges à lèvres, etc;
  • Dans les lieux publics, comme les écoles, laver les surfaces communes, surtout dans les salles de toilettes, 1 fois par jour avec une solution de 1 partie d’eau de Javel pour 10 parties d’eau.

Mode de vie

  • Adopter un mode de vie sain afin de ne pas affaiblir le système immunitaire;
  • Traiter les infections des voies respiratoires et les otites des jeunes enfants dès qu’elles se présentent.

Vaccination

Certains types de méningite bactérienne peuvent être prévenus par la vaccination, mais pas tous. Aucun vaccin n’existe contre la méningite à méningocoque de type B. De plus, aucun vaccin ne peut offrir de protection contre toutes les souches des bactéries susceptibles de causer la méningite.


Traitement médicamenteux : 

Méningite d'origine virale

Repos, beaucoup de liquide et bonne nutrition, de même que les mesures habituelles pour soulager la fièvre.

Attention. Si l’on suspecte une méningite d'origine virale, privilégier l’acétaminophène pour faire baisser la fièvre. L’aspirine n’est pas recommandée.

Méningite d'origine bactérienne

Antibiotiques. On utilise habituellement la pénicilline G, l’ampicilline, le chloramphénicol ou le ceftriaxone, selon la bactérie identifiée. Les antibiotiques en traitement précoce de la méningite sont efficaces pour mettre fin à la maladie et réduire le taux de mortalité3. Selon l'agence américaine Center for Disease Control and Prevention, un traitement antibiotique approprié réduit à moins de 15 % le risque de mourir d'une méningite, bien que le risque soit plus élevé chez les personnes âgées5.

Si le médecin soupçonne une méningite bactérienne, vu les graves dangers qui menacent le malade, il est impératif qu'il entreprenne aussitôt le traitement aux antibiotiques, sans même attendre les résultats des tests.

Le patient sera parfois traité aux corticostéroïdes pour aider à prévenir la perte d’ouïe causée par des lésions neurologiques attribuables à la réaction inflammatoire, une des complications les plus courantes.

On tentera aussi de prévenir et traiter l’oedème cérébral en évitant la surhydratation et en surélevant la tête de lit à 30 degrés. Parfois, en cas d’hypertension intracrânienne importante, on prescrira du mannitol ou des barbituriques.

Repos et convalescence

Pendant la période aiguë de la méningite, il est recommandé de se reposer dans une chambre paisible, à l'éclairage tamisé, pour soulager les maux de tête.

On recommande aussi de prendre les enfants malades dans ses bras et de les masser doucement pour apaiser leur anxiété.

La convalescence à la suite d’une méningite peut être longue, puisqu’il s’agit d’une maladie très grave qui puise énormément dans les réserves énergétiques du corps. Certaines personnes prendront plusieurs mois à se remettre.

Les problèmes d’ouïe, s’ils ne sont pas permanents, peuvent durer un certain temps et entraîner des étourdissements.

La dépression post-méningite serait aussi assez commune. Il est recommandé de ne pas précipiter le retour au travail et d’y retourner de façon progressive, si nécessaire.